Revue de presse sur la transition énergétique, 17 mars 2017

Au menu cette semaine: Beaucoup d’annonces liées au désinvestissement. Manon Massé réclame des investissements massif dans les transports collectifs. Karel Mayrand nous explique comment l’oléoduc Énergie Est pourrait être un éléphant blanc. Posez de petits gestes qui ont du poids en signant les pétitions proposées à chaque semaine dans la section « Je m’implique »

Bonnes nouvelles


Le projet d’énergie solaire de la nation Crie de Beaver lake

Greenpeace | 14 mars 2017
Une Première Nation au cœur des sables bitumineux de l’Alberta où le soleil brille ! La nation crie de Beaver Lake vient de terminer son tout premier projet d’énergie solaire – exploiter les rayons du soleil et résister à l’expansion des sables bitumineux, tout cela en plein coeur de l’Alberta ! Partagez leur histoire si vous pensez qu’il est temps de changer de cap!

LIRE LA SUITE >>

Désinvestissement


SHERBROOKE: Énergies fossiles : l’UdeS invitée à imiter Laval

La Presse | Isabelle Pion | 13 mars 2017
(Sherbrooke) Des étudiants interpellent les candidats à la course au rectorat de l’Université de Sherbrooke afin que l’institution retire ses investissements des énergies fossiles, comme l’a annoncé l’Université Laval récemment.

LIRE LA SUITE >>

MONTRÉAL: Désinvestissons McGill repart en campagne pour désinvestir des énergies fossiles

Le délit | Éléonore Nouel | 14 mars 2017
Avec le printemps, Désinvestissons McGill (Divest McGill en anglais, ndlr) repart en campagne pour le désinvestissement de l’Université McGill des énergies fossiles, et organisait ce mercredi une manifestation-tintamarre, devant le bâtiment James de l’administration. Cette manifestation a été organisée pour concorder avec la première réunion de la Commission de conseil en matière de responsabilité sociale (CAMSR en anglais, ndlr) du Conseil des gouverneurs de McGill depuis sa recommandation à l’Université de pas désinvestir, en mars dernier, contrecarrant ainsi le long rapport rédigé par Désinvestissons McGill, fruit de deux ans de travail et recherche bénévoles par des étudiants et professeurs mcgillois.

LIRE LA SUITE >>

MONTREÉAL et VANCOUVER: Les Premières Nations s’opposent au financement des pipelines par la banque TD

Médiaterre | 10 mars 2017
Le même jour de la marche à Washington DC du Standing Rock Sioux Tribe et d’autres Nations autochtones, des Chefs de Premières Nations et leurs alliés au Canada se sont rassemblés à Montréal (Territoire Mohawk) et à Vancouver (Territoire Coast Salish) devant la Banque TD pour opposer le rôle clé que joue la Banque TD dans le cadre du financement du pipeline Dakota Access et du pipeline de sables bitumineux Trans Mountain Expansion de la société Kinder Morgan en Colombie-Britannique.

LIRE LA SUITE >>

ONTARIO: Teachers Demand That Their Pensions Be Divested from Fossil Fuels: The Trans-Mountain pipeline could become “Canada’s Standing Rock.”

Toronto IST | Kalida Hada-Lemon | 15 mars 2017
Students, teachers, and climate activists are continuing to pressure the Ontario Teachers’ Pension Plan to immediately stop investing in the destruction of their future. At a March 2 rally outside the OTPP offices at Yonge and Finch, we called on the OTPP to join the upwards of 700 institutions across 76 countries that have already committed to divesting $5 trillion from fossil fuels. The rally was organized by Toronto350 as part of a long-term campaign to encourage divestment. Last fall, we succeeded in getting the OTPP to divest from Enbridge after acknowledging they were invested in the Dakota Access Pipeline.

LIRE LA SUITE >>

ILLINOIS, ÉU: Even if Symbolic, Chicago Fossil Fuel Divestment Could Send « Powerful Signal »

TruthOut | Kari Lydersen | 15 mars 2017
With the Trump administration expected to roll back federal climate policy, advocates are hoping states and cities will pick up the slack on reducing carbon emissions. Chicago is often touted as a leader on this front thanks to its solar, energy efficiency and other programs, along with the 2012 closure of two urban power plants and city officials’ action against petroleum coke storage. Now a majority of City Council members and the Chicago chapter of 350.org want the city to make a statement against the fossil fuel industry by pledging to divest the city’s pension funds and stocks and bonds. A divestment resolution was introduced in December, and backers are hoping it will be heard by the full council this spring. The measure would be largely symbolic, since a resolution is non-binding and the state government is in charge of pension investments. But supporters say that the resolution would send a powerful message and could be followed by a city ordinance that might mandate some divestments.

LIRE LA SUITE >>

CALIFORNIE, ÉU: Proposed Legislation Aims To Pull SF’s Funds From DAPL-Supporting Banks

Le délit | Éléonore Nouel | 14 mars 2017
A new Board of Supervisors resolution, to be introduced today, would add the Dakota Access Pipeline to the list of social issues the city must consider when choosing the banks with which it invests its money. District 1 Supervisor Sandra Lee Fewer and District 9 Supervisor Hillary Ronen, who were both elected to their seats for the first time this fall, are introducing the resolution, which urges city treasurer Jose Cisneros to add considerations of banks’ support for the Dakota Access Pipeline to the city’s Socially Responsible Investment Matrix. « My decision to introduce this resolution is grounded in my belief that the pipeline construction is a violation of human rights, and a degradation of the natural environment, » Supervisor Fewer said in a press release today.

LIRE LA SUITE >>

IRLANDE: National University of Ireland in Gallway Officially Commits to Fossil Fuel Divestment

University Times | John Conway | 13 mars 2017
NUI Galway (NUIG) has officially committed to divesting from fossil fuels by the end of 2017, following through on its pledge to do so in December 2016. The Climate Change, Agriculture and Food Security Society in NUI Galway were informed of the success of their divestment campaign on February 28th, having submitted a petition of over 1,000 signatures along with a report outlining the case for divestment to the College in late November.

LIRE LA SUITE >>

Transports actifs et collectifs


Parachèvement de l’autoroute 19 au Pont Papineau : Le rapport d’août 2016 du MTQ : pas encore public

Journal des voisins | Christiane Dupont | 9 mars 2017
Un projet avec des conséquences importante pour la circulation dans le quartier! Le MTQ analyse toujours l’offre de transport collectif – Le 32e avis du rapport du BAPE concernait Ahuntsic, mais ne semble pas avoir été entendu. L’accroissement éventuel de la circulation sur Papineau, à la sortie du pont du même nom (autoroute 19), préoccupe beaucoup les citoyens d’Ahuntsic, a fortiori ceux du district du Sault-au-Récollet. Alors que le projet de parachèvement de l’A-19 est ramené dans l’actualité, avec l’opération «19 jours pour la 19» menée par la Coalition pour le parachèvement de l’autoroute 19, journaldesvoisins.com a découvert que le ministère des Transports du Québec avait donné suite au rapport du BAPE, en étudiant les 32 avis annexés, mais pas dans leur entièreté. En outre, ce nouveau document de travail du MTQ finalisé le 5 août 2016, selon la porte-parole du Ministère, n’a pas encore été rendu public. 

LIRE LA SUITE >>

From Oslo to Paris, these major cities have plans to go car-free

World Economic Forum & Business Insider | Leanna Garfield | 10 février 2017
In late 2016, Madrid’s Mayor Manuela Carmena reiterated her plan to kick personal cars out of the city center. On Spanish radio network Cadena Ser, she confirmed that Madrid’s main avenue, the Gran Vía, will only allow access to bikes, buses, and taxis before she leaves office in May 2019. It’s part of a larger effort to ban all diesel cars in Madrid by 2025.
But the Spanish city is not the only one getting ready to take the car-free plunge. Urban planners and policy makers around the world have started to brainstorm ways that cities can create more space for pedestrians and lower CO2 emissions from diesel.
Here are 12 cities leading the car-free movement.

LIRE LA SUITE >>

Le REM, une implication de la Caisse dans le «développement économique», pas dans les transports en commun

Harvey Mead | 8 février 2017
Petite synthèse du dossier: Daniel Breton, ancien (pour une courte période) ministre de l’Environnement du gouvernement Marois, est lui-même intervenu récemment, juste avant les groupes, pour fournir une synthèse de la situation tirée du rapport et qui suggère que l’appui des groupes devrait être bien plus étoffé, voire – mon ajout – retiré. Il couvre une série de questions. (i) Nous faut-il une augmentation de l’offre de transport en commun dans la région de Montréal? La réponse, reconnue par tout le monde, est oui. (ii) Est-ce que la Caisse a fait une analyse sérieuse de ses différentes options pour le transport en commun dans l’ouest de l’Île et la Rive Sud? La réponse, détaillée en fonction des documents soumis au BAPE lors de la consultation (d’autres l’ont été, mais trop tard pour être pris en considération dans la rédaction du rapport) est non. (iii) Quel est l’impact du projet sur les émissions de GES? La réponse est que le REM réduira émissions entre 0,15% (Breton) et 0,30% (Caisse le 6 février), ce qui reviendrait (le GRAME) à des milliers de dollars la tonne de GES évitée, alors que le gouvernement fédéral cible pour 2022 une valeur d’environ 50$ la tonne pour sa taxe carbone. (iv) Qu’en sera-t-il du transfert modal (de l’auto au transport en commun)? La réponse est que la quasi-totalité de l’achalandage du REM proviendrait des usagers actuels du transport en commun qui empruntent déjà le pont Champlain. Comme Breton le résume, ce projet de plusieurs milliards de dollars permettra peut-être de «convertir» entre 5% et 10% des voyageurs qui prennent actuellement leur auto (presque solo). (v) Les obligations de rendement de la CDPQ pourraient-elles avoir un impact monétaire pour les usagers et les contribuables? Breton de répondre:

Pour le projet de REM, la CDPQ Infra exigerait un rendement d’au moins 10% sur les fonds qu’elle investirait dans le projet, au-delà de ce que les gouvernements provincial et fédéral investiraient. Précisons que les sommes investies par les gouvernements – empruntées sur le marché – commanderaient un taux d’intérêt de 3 % selon les cours actuels.

Ainsi, par rapport au taux d’emprunt du gouvernement, on parle d’un écart de 7%. Traduit sur un investissement de 3 G$, ça veut donc dire que les usagers du transport en commun et les contribuables de la grande région de Montréal devraient lui verser 210 M$ de plus par année que si le gouvernement finançait tout cela à un taux de 3%.

Breton conclut en insistant sur le fait que si ce projet dispendieux n’est pas bien fait, il risque de discréditer toute la filière (du transport électrique, pour lui, du transport en commun plus généralement, j’ajouterais).

LIRE LA SUITE >>

Québec Solidaire réclame plus d’investissements pour le transport collectif

Ici Radio-Canada | 11 mars 2017
À l’approche de l’annonce du budget provincial, la députée Manon Massé réclame des investissements « massifs » en transport collectif, plutôt que des subventions pour l’achat de véhicules électriques. Elle estime que l’approche actuelle du gouvernement ne lui permettra pas d’atteindre sa cible de réduction de 80 à 95 % des émissions des gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050. Les statistiques rendues publiques vendredi révèlent que si les émissions québécoises de GES ont diminué de 2,1 % de 2010 à 2014, elles avaient crû de 140 000 tonnes par rapport à l’année précédente. L’inventaire indique que le secteur des transports avait alors généré à lui seul 41 % des émissions de GES provinciales. Le transport routier, lui, en représentait près de 34 %. La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques exhorte le premier ministre Philippe Couillard – qu’elle accuse d’« entretenir le mythe d’un Québec vert » – à abaisser les tarifs du transport en commun et à garantir un service d’« une fréquence acceptable ». Elle prioriserait pour sa part des secteurs tels que Rosemont, Montréal-Nord, la Pointe-de-l’Île, le Sud-Ouest, Lachine et LaSalle, selon la densité de la population. « On nous fait miroiter qu’un projet comme le REM (Réseau électrique métropolitain), c’est comme si c’était la solution du siècle, a-t-elle lancé. Ce qu’il faut, c’est un engagement sur plusieurs années, ne serait-ce que prendre l’argent qui est prévu pour la construction de nouvelles autoroutes, qui va encore induire une explosion de l’utilisation de la voiture. »

LIRE LA SUITE >>

Énergie Est


Et si Énergie Est était un éléphant blanc? 

La Presse | Karel Mayrand | 14 mars 2017
Nous avons appris récemment que, selon une étude réalisée par le ministère des Finances du Québec, le projet Énergie Est serait bénéfique sur le plan économique pour le Québec. Sur 20 ans, le projet rapporterait 7 milliards au PIB du Québec et 460 millions au ministère des Finances. Mais il y a un hic majeur : pour que ces prévisions se concrétisent, l’accord de Paris doit échouer, et le Québec doit rater ses cibles de réduction des gaz à effet de serre et de la consommation de pétrole…En résumé, le ministère des Finances du Québec fonde l’ensemble de son analyse sur l’hypothèse d’un échec de l’accord de Paris, dont les objectifs nécessitent une réduction importante de la consommation de pétrole.

LIRE LA SUITE >>

TransCanada autorisée à forer malgré les interrogations de Québec

La Presse | Martin Croteau | 13 mars 2017
Québec a délivré un certificat d’autorisation à la société albertaine le 19 septembre dernier pour qu’elle mène deux forages aux abords de la rivière du Nord, à Saint-André-d’Argenteuil. Les travaux ont été effectués en octobre. L’opération a permis à l’entreprise de prélever deux carottes de terre afin de mieux connaître la composition du sol dans lequel l’oléoduc traversera le cours d’eau. Une étape nécessaire dans le processus de présentation du projet de 16 milliards aux autorités réglementaires, a expliqué le porte-parole de TransCanada, Tim Duboyce. «C’est afin de compléter la demande du projet parce qu’il y a un certain nombre d’endroits où nous n’avons pas encore précisé des détails comme la façon de traverser les cours d’eau parce que des travaux comme ceux-là sont toujours à faire», affirme M. Duboyce.

LIRE LA SUITE >>

Fracturation hydraulique


ROYAUME-UNI: Drone footage shows scale of farm fracking site

Farmers Weekly | Philip Case | 15 mars 2017
Drone images have revealed preparatory work is well under way at a fracking site on farmland in Lancashire – despite the threat of a legal challenge from protesters. Lancashire residents are challenging the government’s decision to grant energy firm Cuadrilla Resources permission for temporary shale gas exploration at the site at Preston New Road, near Little Plumpton. However, footage has emerged on Facebook of a video shot by a drone showing the scale of the operation, which reveals construction work has started.

LIRE LA SUITE >>

DELAWARE, ÉU: 183 organizations demand fracking ban

WMDT
DELAWARE – Today 183 environmental organizations sent a letter to the Delaware River Basin Commissioners, demanding a permanent ban on fracking. The letter was also addressed to the Governors of Pennsylvania, New York, New Jersey and Delaware, as well as the U.S. Army Corps of Engineers. The groups insist that scientific evidence, the data about water contamination from fracking and the fracking ban in New York State provide more than enough reason for the Commissioners to enact a ban. One of those environmental organizations is the Delaware Riverkeeper Network. “We believe that all waterways all environs all communities – are devastatingly harmed when drilling and fracking operations happen. We have so far protected the Delaware River basin from drilling and fracking operations. And we want to make sure that that protection is made permanent,” said Maya van Rossum of the network.

LIRE LA SUITE >>

Loi 102


Projet de loi 102: Une nouvelle offensive pour écarter la population des débats ?

Le courrier du sud | Collectif dans le MEAC | 8 mars 2017
Avec sa Loi sur les hydrocarbures, adoptée sous le bâillon dans la nuit du 10 décembre, le gouvernement Couillard a déroulé le tapis rouge devant les pétrolières et les gazières. Avec son projet de loi 102 modifiant la Loi sur la qualité de l’environnement, dont l’étude est en cours à Québec, il semble vouloir étendre ce privilège à l’ensemble des promoteurs. Présenté comme un effort de modernisation du régime d’autorisation environnementale, ce projet de loi est plus exactement un nouveau cadeau du gouvernement à l’entreprise privée. Il ne vise pas seulement à soustraire 30% des projets au processus de demande d’autorisation – ce qui devrait déjà ravir les promoteurs. Malgré quelques avancées comme la pré-consultation sur le contenu des études d‘impact, dont la portée réelle reste à démontrer, il marque un nouveau recul de la participation citoyenne aux débats publics.
LIRE LA SUITE >>

Sables bitumineux


Fire, explosion at Syncrude plant north of Fort McMurray

CBC News | 15 mars 2017
An explosion and fire shut down Syncrude’s Mildred Lake oilsands upgraded north of Fort McMurray on Tuesday afternoon. Alberta Health Services said one person was transported from the plant to the city’s Northern Lights Regional Health Centre in serious but stable condition. Syncrude issued a statement at about 6:15 p.m. MT saying the company’s emergency services and operations workers had isolated and controlled the fire.

LIRE LA SUITE >>

Trans Mountain de Kinder Morgan


Trans Mountain pipeline cost rises to $7.4 billion

Daily Commercial News | Canadian Press | 14 mars 2017
CALGARY — Kinder Morgan has upped the estimated cost of the Trans Mountain pipeline project to $7.4 billion and says it has confirmed shipping interest from producers. The cost is up from the $6.8 billion previously estimated, with Kinder Morgan citing increased compliance costs including the National Energy Board’s 157 conditions, thicker pipe walls, additional drilled water crossings and the Burnaby Mountain tunnel. The company said shippers have reconfirmed all but three per cent of firm daily oil shipment, representing 22,000 barrels per day. Some existing and prospective shippers had picked up capacity on other pipelines, Kinder Morgan said, so it will be making that capacity available on the open market.

LIRE LA SUITE >>

Together, First Nations Defeated Enbridge. Kinder Morgan’s Next

The Hufington Post | Chief Jacjkie Thomas | 15 mars 2017
When Saik’uz First Nation and the Yinka Dene Alliance first joined other First Nationsto declare that the Enbridge Northern Gateway pipelines and tankers project would not be permitted in our territories, there were many people who said the project was too big to stop. But after more than a decade of fighting the project at community rallies, shareholder meetings and in the courts, Northern Gateway is finally dead. The fight against Enbridge was about upholding our own indigenous laws to protect the lands and waters that we all rely on, and we knew that this work was bigger than any pipeline. That is why the Yinka Dene Alliance is donating the remainder of the money we raised in our Northern Gateway battle to the Pull Together fundraising campaign for First Nations challenging the federal approval of Kinder Morgan’s Trans Mountain project in court. It is also why I recently travelled to the Coast Salish territories of the Musqueam, Squamish and Tsleil-Waututh (in Vancouver) to speak at an event supporting the Pull Together fundraising campaign.

LIRE LA SUITE >>

Keystone XL de TransCanada


The Keystone XL pipeline doesn’t make economic sense anymore

Buisness insider | Nick Cunningham | 14 mars 2017
Canada’s oil industry is facing a dilemma – three major proposed pipelines but perhaps only room enough for two of them. For years, the oil industry in Canada has been fighting for expanded pipeline capacity. Landlocked Alberta has had trouble getting its oil to market. Every direction except north has been seriously considered, with TransCanada, Enbridge and Kinder Morgan jockeying to advance their competing projects to service Alberta. All of these projects have been bogged down by a combination of the federal approval process, environmental protest and opposition from First Nations.

LIRE LA SUITE >>

Keystone XL: les opposants au projet d’oléoduc manifestent à Washington

RFI | Reuter & Stephen Lam | 10 mars 2017
Aux Etats-Unis, les opposants au projet de construction d’une nouvelle portion de l’oléoduc controversé Keystone XL se sont donnés rendez-vous à Washington ce vendredi où ils entendent manifester bruyamment jusqu’à la Maison Blanche. Des tipis ont d’ailleurs été érigés sur la place devant l’obélisque. Le projet de pipeline, d’un coût de 3,8 milliards de dollars, avait été suspendu par Barack Obama, défenseur de la lutte contre le réchauffement climatique. Mais dès son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump a donné son feu vert à la poursuite des travaux.

LIRE LA SUITE >>

The Keystone XL pipeline doesn’t make economic sense anymore

Lincoln Journal Star | Nicholas Bergin| 8 mars 2017
Two-thirds of Nebraska’s senators have signed a letter encouraging the state’s Public Service Commission to approve the proposed route for the Keystone XL pipeline, citing the impact it will have on job growth and property taxes. “As members of the Nebraska Legislature, we are well-versed in the issues and history surrounding the Keystone XL Pipeline project and wholeheartedly support the project moving forward,” says the letter, which is signed by 33 of the state’s 49 senators.

LIRE LA SUITE >>

Dakota Access Pipeline (DAPL) – Standing Rock


DAPL Protestors March in Washington, D.C.

Two Row Times | Chezney Martin | 15 mars 2017
WASHINGTON, D.C. – Two weeks have passed since federal law enforcement removed DAPL protesters from the Oceti Sakowin campsite in Cannon Ball, North Dakota. While only a week ago the Los Angeles Times released notice that oil could begin flowing through the pipeline as early as next week, after U.S. District Judge James E. Boasberg in Washington did not accept the request made by the Cheyenne River Indian tribe to halt construction on the grounds that the pipeline violated tribal members’ religious freedom.

LIRE LA SUITE >>

DAPL Oil To Start Flowing By March 20th

Oil Price | Damir Kaletovic | 15 mars 2017
A federal judge declined Tuesday to temporarily stop construction of the final section of the disputed Dakota Access oil pipeline, clearing the way for oil to flow as soon as next week. The Standing Rock and Cheyenne River Sioux tribes pledged to continue their legal fight against the project, even after the pipeline begins operating. The tribes had asked U.S. District Judge James Boasberg in Washington to direct the Army Corps of Engineers to withdraw permission for Texas-based developer Energy Transfer Partners to lay pipe under Lake Oahe in North Dakota. The stretch under the Missouri River reservoir in southern North Dakota is the last piece of construction for the $3.8 billion pipeline to move North Dakota oil to Illinois.

LIRE LA SUITE >>

Climat


Les États ne travaillent pas assez fort, juge un haut responsable de l’ONU

Le Devoir | Alexandre Sheilds | 9 mars 2017
La réduction des risques de catastrophes naturelles passe d’abord par une diminution rapide des émissions de gaz à effet de serre, un domaine où les États tardent à agir, déplore Robert Glasser, haut responsable de l’ONU. Il plaide d’ailleurs pour une réduction de la production pétrolière, un message qui s’adresse notamment au gouvernement canadien.  « Les États ne travaillent pas assez fort pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ils doivent agir très rapidement », laisse tomber le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour la prévention des risques de catastrophes, en entrevue au Devoir. M. Glasser est à Montréal cette semaine pour la « cinquième Plateforme régionale sur la réduction des risques de catastrophes des Amériques », un sommet qui réunit 35 pays sous l’égide des Nations unies. L’objectif est d’entamer la mise en oeuvre du Cadre de Sendai, une convention signée par 187 États qui vise à réduire les impacts humains et économiques des catastrophes naturelles.

LIRE LA SUITE >>

GES: le Québec peut-il rattraper son retard?

Le Devoir | Alexandre Shields – Avec Karl Rettino-Parazelli | 11 mars 2017
Le Québec continue d’accuser un sérieux retard dans l’atteinte de ses objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, selon ce qui se dégage de l’inventaire québécois publié vendredi. Le ministre David Heurtel demeure néanmoins confiant, tandis que les groupes environnementaux prédisent déjà l’échec du plan climatique de la province. Les plus récentes données annuelles disponibles, soit celles de 2014, indiquent que les émissions de gaz à effet de serre (GES) du Québec ont atteint 82,1 millions de tonnes cette année-là. Cela représente une diminution d’à peine 8 % par rapport au niveau de 1990, alors que l’objectif de réduction pour 2020 est de 20 %. Le bilan publié par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) démontre même que les émissions ont connu en 2014 une légère hausse par rapport à 2013. Cette année-là, les émissions atteignaient 81,2 millions de tonnes, en baisse de 8,6 % par rapport à 1990. Elles ont donc augmenté de 900 000 tonnes entre 2013 et 2014.

LIRE LA SUITE >>

Divers


Les pétroliers récompensent Trudeau, Greenpeace en colère

La Presse | Agence France-Presse | 9 mars 2017
Greenpeace critique la présence du premier ministre Justin Trudeau à une conférence internationale à Houston où les grandes compagnies pétrolières lui ont décerné un prix pour son engagement pour l’environnement. «C’est édifiant!», s’est exclamé Patrick Bonin, responsable de la campagne climat pour Greenpeace. Ce prix «n’a aucune valeur écologique» mais il met en exergue la «dichotomie» du gouvernement Trudeau sur les questions environnementales, a indiqué à l’AFP Patrick Bonin. Le premier ministre est critiqué pour son appui aux compagnies pétrolières, afin d’aider la croissance économique, tout en défendant une politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Le Canada «ne peut plus exploiter de nouveaux gisements pétroliers et gaziers si on veut limiter le réchauffement climatique (…) comme il s’y est engagé à Paris», à la conférence de l’ONU sur le climat, a estimé Patrick Bonin.

LIRE LA SUITE >>

Je m’implique!


Lancement de notre nouveau site Web lors de la Journée mondiale de l’eau

BrouePub Brouhaha | 10295 Papineau (coin Fleury), Montréal H2B 2A1 | 22 mars 2017, 19hÀ l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, le comité Mobilisation environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC) vous invite le mercredi 22 mars au lancement de son site web! com/ (en ligne dès le 22 mars). Venez nous rencontrer, découvrir nos actions, créer des alliances et échanger entre citoyens lors d’une soirée solidaire et festive! Nous profitons de la Journée mondiale de l’eau pour souligner l’importance de protéger notre eau potable. des projets de transport et d’exploitation des hydrocarbures. Allocation de la coalition Eau Secours, du Secrétariat international de l’eau suivi d’une prestation Sud Sud-Est, gagnant du Prix de la Fabrique culturelle du Festival de la relève indépendante musicale en Abitibi-Témiscamingue, FRIMAT.

LIRE LA SUITE >>

CinÉco: Bikes vs Cars (avec sous-titres français)

Salle Marie-Thérèse Gauthier (C1.140) Collège Ahuntsic | 29 mars 2017
Le vélo, véritable outil de changement. Le film, qui assume, en chiffres et témoignages à l’appui, son combat contre l’hégémonie de la voiture donne la parole à ceux qui y résistent aux quatre saisons et aux quatre coins de la planète pour que le cycliste retrouve droit de cité. Dans le (rétro)viseur, l’exemple de Copenhague, où 40% des citoyens vont au travail à bicyclette, été comme hiver.

LIRE LA SUITE >>

PÉTITION: Marc Garneau, Ministre fédéral des transports & Canadian Pacific : Garantissez des passages piétonniers sécuritaires sur la voie ferrée du CP

Hélène Laverdière, députée de Laurier Ste-Marie
Afin d’encourager la circulation sécuritaire et efficace des piétons et des cyclistes, il me paraît urgent d’améliorer les passages sur la voie ferrée du Canadien Pacifique. L’emprise ferroviaire du Canadien Pacifique sur le territoire de la ville de Montréal représente un obstacle majeur pour la circulation des piétons et des cyclistes. Ils doivent régulièrement faire de grands détours pour se rendre d’un quartier à l’autre, ce qui allonge considérablement le temps de transport. Le Canadien Pacifique a rejeté l’aménagement des six (6) traverses proposées par la Ville de Montréal à plusieurs reprises. Les élus des arrondissements de Rosemont-La Petite-Patrie et du Plateau Mont-Royal ont déposé un mémoire au comité permanent des transports pour presser Ottawa d’agir dans le dossier. Dans mon projet de loi, je propose de modifier la législation fédérale pour encadrer la création des passages à niveau et sortir le gouvernement d’une inactivité forcée. La situation actuelle est préoccupante. Quand une compagnie ferroviaire détient tout le pouvoir, c’est le temps d’agir! Je demande au gouvernement, notamment au ministre Garneau, d’agir pour rendre possibles des passages à niveau sécuritaires qui faciliteront la circulation des piétons et des cyclistes entre les arrondissements densément peuplés à Montréal et partout au pays.

LIRE LA SUITE >>

PÉTITION: Nous résisterons : protégeons l’eau potable et arrêtons les pipelines !

Greenpeace
De Kinder Morgan à Dakota Access en passant par Énergie Est, les projets de pipelines vont à l’encontre du respect des droits des Premières Nations, menacent de polluer l’eau de millions de personnes et rendent vains les efforts du Canada en termes d’engagement climatique. En unissant nos efforts, nous créerons une force inarrêtable qui pourra freiner la construction des pipelines, remettre en question le financement de ces projets et empêcher les nouveaux pipelines de voir le jour, dans les cours de justice et sur le terrain. Ajoutez votre nom et rejoignez la résistance.

LIRE LA SUITE >>

PÉTITION: Opposition à l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures sur le territoire québécois

Assemblée nationale | À signer avant le 16 avril
Nous, soussignés, demandons au gouvernement du Québec d’interdire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures sur l’ensemble du territoire de la province.

LIRE LA SUITE >>

PÉTITION: Oui à un boulevard et des transports collectifs et non à l’agrandissement de l’autoroute 19

Vivre en ville
« Je demande à Monsieur Robert Poëti, Ministre des Transports et de la Région de Montréal, à Monsieur David Heurtel, Ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Lutte aux Changements Climatiques et au maire Denis Coderre, président de la Communauté métropolitaine de Montréal, d’opter pour la solution de mobilité et d’aménagement vraiment durables, axée sur les transports collectifs et actifs, l’aménagement de stationnements incitatifs et un véritable boulevard en lieu et place du projet de prolongement d’autoroute 19. ».

LIRE LA SUITE >>

 

Auteur : Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC)

Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville est un comité citoyen dont l'objectif est de mobiliser la communauté du quartier autour des enjeux environnementaux qui nous touchent. Nous nous intéressons entre autres aux dossiers du transport des hydrocarbures, des énergies vertes, de l'aménagement urbain ainsi qu'aux transports durables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s