Le fonds souverain de la Nouvelle-Zélande délaisse près d’un milliard d’investissements dommageables pour le climat

Mélanie Busby

Le New Zealand Superannuation Fund (NZSF) est le fonds souverain de la Nouvelle-Zélande, c’est-à-dire un fonds détenu par l’État, et qui gère l’épargne et les placements nationaux. Le 15 août dernier, le NZSF annonçait que près de 950 millions de dollars avaient été désinvestis d’environ 300 entreprises possédant d’importantes réserves de combustibles fossiles ou dont les activités généraient d’importants volumes de gaz à effet de serre.

Le fonds affirme que les changements climatiques posent un risque matériel et, suivant la transition vers une économie mondiale décarbonisée, ce secteur risque un effondrement des prix. En effet, il a été estimé que seulement un cinquième des réserves connues d’hydrocarbures pourront être exploitées sans provoquer une augmentation de la température de plus 2oC et sans risquer un dérèglement climatique incontrôlé.

NZSF a souligné que cette décision reposait sur une analyse de risque plutôt que sur l’aspect éthique d’un tel désinvestissement. Cette décision vise ainsi à réduire les risques de pertes associées aux investissements dans les énergies fossiles. Le fonds a donc retiré ses investissements d’importantes compagnies pétrolières telles qu’Exxon (-108 millions), Shell (-71 millions), Chevron (-64 millions), BP (-37 millions), Suncore (-15,5 millions) et Statoil (-6,5 millions). Au total, ces transactions représentent environ 3% du montant total du fonds. NZSF estime la diminution de son intensité d’émissions carbone de 19% et de son exposition aux réserves d’hydrocarbures de 21%.

Cette annonce ne touche qu’une portion de 40% du fonds faisant partie d’un fonds indiciel passif. Cette portion indexée servira de référence et permettra de comparer les rendements de ce portefeuille, ayant une empreinte carbone réduite, au reste du portefeuille géré activement et comportant une part plus importante de placements dans les énergies fossiles.

NZSF adhérait déjà aux principes d’investissement responsable (PRI) de l’Organisation des nations unies (ONU) et il s’est doté d’une liste d’exclusion de secteurs d’activités comme par exemple dans les compagnies de tabac, celles impliquées dans la pêche aux baleines, la vente de mines anti-personnel et l’armement nucléaire.

La prochaine étape de la stratégie climatique à long terme du NZFS consistera à réduire les risques dans la portion du portfolio gérée activement.

Auteur : Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC)

Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville est un comité citoyen dont l'objectif est de mobiliser la communauté du quartier autour des enjeux environnementaux qui nous touchent. Nous nous intéressons entre autres aux dossiers du transport des hydrocarbures, des énergies vertes, de l'aménagement urbain ainsi qu'aux transports durables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s