Allocution sur Fort Lorette

Allocution prononcée par Jacques Lebleu, membre du MEAC, lors de la rencontre citoyenne de la Société d’histoire d’ahuntsic-Cartierville au sujet du 12,375 rue du Fort Lorette le 18 juin 2017

Bonjour,

Permettez-moi de vous remercier, au nom de Mobilisation environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC), d’être tous ici rassemblés pour participer à cette rencontre citoyenne.

Comme son nom l’indique, le MEAC est un regroupement de citoyens de l’arrondissement qui se préoccupe d’enjeux locaux et globaux touchant l’environnement. Nous nous intéressons aux questions liées à l’énergie, au transport, à l’aménagement urbain et au verdissement de notre quartier.

Pour nous, il coule donc de source de soutenir le mouvement lancé par la Société d’Histoire d’Ahuntsic-Cartierville, afin d’obtenir que le terrain du 12375 rue du Fort-Lorette intègre le domaine public.

Ce terrain, sur le rivage de la rivière des Prairies aux abords de l’Église de la Visitation de la Bienheureuse-Vierge-Marie, vous le savez, possède une valeur archéologique et patrimoniale. Il représente un rappel historique d’un point d’escale et de rencontre sur la rivière des Prairies. Des générations de voyageurs ont fréquenté cette grande route d’eau depuis bien avant l’arrivée des colons français.

Malgré la malheureuse transaction immobilière dont il fait l’objet, ce lieu, avec les bâtiments voisins, fait partie d’un ensemble d’intérêt majeur.

Nos élus aussi en sont conscients. Ils se sont donné des outils pour en préserver la valeur. La volonté d’agir a cependant manqué à ce jour.

Dès 2005, la Ville de Montréal a énoncé sa Politique du patrimoine, afin d’agir en propriétaire exemplaire. Ce document est toujours son cadre de référence. Le terrain de la rue Fort-Lorette et ses bâtiments remplissent plusieurs des critères d’intérêts présentés dans ce document. Il est un élément du patrimoine naturel de la rivière des Prairies ainsi que de notre patrimoine bâti, archéologique et paysager. [1]

J’aimerais à ce point, vous citer un passage tout à fait d’actualité du Plan directeur des berges de la rivière des Prairies d’avril 2013.

« 2017: LE 375e ANNIVERSAIRE DE MONTRÉAL

À l’échelle de la Ville de Montréal, le développement des berges de la rivière des Prairies s’inscrit dans la volonté de mettre en valeur et d’aménager les plans d’eau entourant l’île de Montréal. À cet égard, le Plan d’urbanisme de la Ville de Montréal propose la mise en place d’un parcours riverain et d’autres aménagements reliant l’ensemble des berges de l’île de Montréal afin d’améliorer l’accessibilité à l’eau et de permettre aux citoyens de se réapproprier les berges.

La Ville agit notamment par l’intermédiaire du développement du Réseau bleu, qui comprend l’ensemble du territoire sur la rive de l’agglomération de Montréal. Le Réseau bleu et ses partenaires visent la création de nouveaux lieux publics et l’amélioration de l’accessibilité aux plans d’eau, parallèlement à l’augmentation de l’offre de services récréotouristiques de Montréal. » [2]

En suite logique avec cette volonté clairement exprimée de créer de nouveaux lieux publics, il est bon de rappeler que le Conseil d’arrondissement a posé un premier geste positif, mais sans lui donner les suites nécessaires. Il s’agit du Projet de règlement 01-274-36 qui suggère des modifications au règlement d’urbanisme afin de créer de nouvelles zones de parc. Note 3

Dans ce règlement, au point # 2.10, sont mentionnées :

« Les zones visées par la création d’une nouvelle zone de parcs dans l’emprise excédentaire de la rue du Fort-Lorette. [ …]  La zone visée 0641 est délimitée au nord par la rivière des Prairies, à l’est par la limite est de la propriété située 12375, rue du Fort-Lorette, au sud par la limite sud de la propriété située 12375, rue du Fort-Lorette et à l’ouest par la rue du Fort-Lorette. »[3]

Avec ces moyens mis en place à la fois au niveau de l’administration centrale et de celle d’Ahuntsic-Cartierville, le rachat du terrain du 12 375, rue du Fort-Lorette nous apparaît comme un geste qui aurait déjà dû être posé.

Nous encourageons donc fortement les élus de tous les paliers de l’appareil municipal à agir en simple concordance avec les énoncés politiques des administrations au sein desquelles ils nous représentent.

De plus, le MEAC soutient la proposition du regroupement Ahuncycle pour la Prolongation du boulevard urbain de la rue Papineau jusqu’à Laval, en faisant une large place aux transports actifs et collectifs. Même s’il ne répare pas totalement la balafre au sein du cœur villageois du Sault-au-Récollet que constitue l’Autoroute A19, ce projet aurait au moins le mérite d’humaniser ses approches.

Les abords de l’église prolongent naturellement le paysage du Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation. Nous croyons donc qu’il serait approprié d’étendre la surface du Parc-nature afin qu’elle englobe l’église et le terrain vendu par les Sœurs de Miséricorde. Ce geste assurerait une meilleure protection à ce secteur à haute valeur patrimoniale. Notre rassemblement d’aujourd’hui indique bien que l’intégrité de ce site patrimonial unique est menacée. Le statut d’Immeuble patrimonial classé accordé à l’Église en 1974 par le Ministre de la Culture et des Communications et la citation de son site par la Ville de Montréal ne garantissent pas à eux seuls sa préservation.

Nous considérons que les administrations de la Ville de Montréal et de l’Arrondissement devraient agir rapidement pour régler la question de la propriété des lieux. Elles devraient également prendre bien leur temps avant d’autoriser des démolitions et permettre aux meilleurs spécialistes de mener les fouilles archéologiques du site à leur plein potentiel.

En terminant, permettez-nous de remercier les co-présidents et tous les membres du conseil d’administration de la SHAC pour leur travail dans ce dossier et pour l’invitation qui nous a été faite d’exprimer notre point de vue aujourd’hui.

Veillons ensemble à ce que le terrain du 12 375, rue du Fort-Lorette devienne symboliquement un fort défendant le patrimoine des Ahuntsicois!

[1] Ces points sont décrits en détail dans la Politique du Patrimoine, Ville de Montréal, 2005, page 42.

[2] PLAN DIRECTEUR DE DÉVELOPPEMENT DES BERGES DE LA RIVIÈRE DES PRAIRIES. Page 8, Avril 2013, Ahuntsic-Cartierville, Montréal. Document préparé par : Sarah Kraemer + Mitchell Lavoie

[3] Sources : http://applicatif.ville.montreal.qc.ca/som-fr/pdf_avis/pdfav16905.pdf

Et ordre du jour – Séance ordinaire du conseil d’arrondissement du lundi 9 juin 2014, point 40.09

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7957,88471571&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=9538&ret=/pls/portal/url/page/arrond_ahc_fr/rep_annonces/rep_actualites/coll_actualites